Centre de Santé de Ngaoundal

Le Centre de Santé de Ngaoundal, où œuvrent les Sœurs de la Charité, est situé dans l'Adamaoua, province de N'Gaoundéré, au nord Cameroun. Ngaoundal est une ville très belle, paisible, par son aspect naturel et son environnement. Elle est équipée d'une gare ferroviaire qui fait de cette région un carrefour reliant le nord et le sud. L'altitude de la région donne un climat relativement frais avec deux saisons : sèche et de pluie, couvrant chacune six mois de l'année. La commune compte trois centres de santé : CMA centre médical d'arrondissement, celui de la garnison servant aux militaires en casernes, celui de la Mission Catholique. Aucun de ces Centres ne disposent d'un bloc opératoire, d'une maternité adéquate (la maternité est en place seulement au centre de la Mission Catholique).

Le Centre de Santé catholique intégré couvre une population de 15.000 personnes environ. Il dessert aussi 6 villages de brousse dont le plus éloigné se trouve à 60 km.  Seule une moto tout terrain peut y accéder par de petits sentiers. Nous assurons dans ces villages les premiers soins, les vaccinations et nous orientons les malades graves vers notre centre, ainsi que les femmes enceintes pour les visites prénatales. Les malades plus graves sont évacués vers l'hôpital de district qui se trouve à 90 km, par une routez quasi impraticable, surtout en saison des pluies.

Les malades du VIH Sida sont très nombreux dans cette zone de passage entre le nord et le sud, les examens et les médicaments sont encore très chers et à la charge des patients. Nous suivons et prenons en charge beaucoup de ces personnes qui ne peuvent pas payer... aussi en leur donnant une nourriture adéquate quand il le faut. Les orphelins, de parents décédés à cause du VIH ou autres pathologies et parfois aussi quand la mère meurt lors de l'accouchement, reçoivent un soutien pour l'achat du lait et autre nourriture ou médicaments. Les malades indigents sont aussi pris en charge par le Centre.

La maternité et le Centre de santé catholique intégré deviennent exigus à cause de l'affluence des malades qui se savent bien accueillis et soignés avec compétence. Un bref aperçu en chiffres souligne l'urgence de prévoir un hôpital (50 lits) pour assurer :

  • Les diverses opérations, les accouchements difficiles
  • Un service d'analyses plus approfondies
  • Un centre nutritionnel pour parer aux multiples carences alimentaires et enseigner aux mamans les possibilités de mieux nourrir leurs enfants avec les produits du terroir
  • Un centre de formation et stages sanitaires.

 


Par année :

Malades divers:
10.000 personnes inscrites (leur suivi est parfois long, ce qui augmente lenombre des soins).

Accouchements:
420 à 450

Evacuations:
210 à 250 Ces malades pourraient être soignés sur place si nous pouvions construire un hôpital. Cela éviterait les nombreuses heures à rouler sur des routes chaotiques multipliant les risques de décès faute de soins.

Un phénomène qui augmente les maladies : la typhoïde et les parasites dus au manque d'eau potable. Il faut envisager des forages profonds ou aménager la petite source du village Galagala, à 5km du centre de Ngaoundal. Cet endroit plat, étendu, facile d'accès, est propice pour la construction de l'hôpital.

Nous sommes très reconnaissantes envers toutes les personnes généreuses et sensibles à ces problèmes de nos frères et sœurs de ce pays qui vivent dans des situations de misère, de maladie, et qui ne trouvent pas de solution afin de retrouver un peu de sérénité, de soulagement à leur détresse. Merci de nous aider à leur redonner espoir.


Sœurs de la Charité à Ngaoundal